Il y a anguille sous roche...



Les anguilles sont fascinantes par leurs caractéristiques singulières : respiration à travers la peau, hibernation… Dans l’ensemble elles sont très curieuses, mais ça ne s’arrête pas là : les anguilles ne semblent pas posséder d’organes reproducteurs ! Un véritable casse-tête pour les scientifiques …







L’origine des anguilles est une source de légendes


Encore une fois, nous pouvons constater que l’homme ne maîtrise pas toutes les subtilités de la nature : la reproduction des anguilles renferme encore de nombreux secrets.



Comment une espèce animale dépourvue d'organes reproducteurs peut-elle assurer une descendance ?


Cette énigme a occupé certains des esprits les plus brillants pendant des millénaires. Dans l’Antiquité, Aristote et Pline l’Ancien se sont chacun penchés sur la question et ont somme toute très logiquement émis l’hypothèse que si les anguilles n'ont pas d'organes reproducteurs, c’est tout simplement qu’elles ne se reproduisent pas. Pour le premier, elles prennent vie lorsque l'eau de pluie se mélange à la boue, pour le second elles naissent de la peau d’autres anguilles. Ces hypothèses et légendes aujourd’hui risibles sur l’origine des anguilles furent pourtant largement admises beaucoup plus tard et même pendant la Renaissance. Il a fallu attendre la fin du XIXe siècle pour commencer à décrypter les mystères de l’anguille !


Dans les années 1870, au moment où le téléphone est inventé et où Jules Vernes publie son Tour du monde en quatre-vingts jours, un jeune étudiant autrichien se passionne pour l’origine mystérieuse des anguilles… À la station de zoologie marine expérimentale de Trieste, en Italie, Sigmund Freud dissèque des anguilles par centaines dans l’espoir de leur trouver des organes reproducteurs ! Finalement il ne trouve que quelques semblants d’organes en formation dans les cavités abdominales de grands spécimens, mais rien qui puisse discréditer, une fois pour toutes, les thèses d’Aristote et de Pline l’Ancien. C’est 10 ans plus tard en 1886 que, par hasard, les anguilles dévoilent leur plus grand mystère : Yves Delage étudiant alors les leptocéphales, petites larves marines en forme de feuille, découvre à sa grande surprise que ces créatures évoluent, on pourrait même dire se métamorphosent… en anguilles !


Leptocéphales étudiés par Delage. Leur nom veut littéralement dire “tête fine” !


Les anguilles et leurs métamorphoses : quand grandir n’est pas une sinécure


Nous savons aujourd’hui que les anguilles passent par plusieurs stades de développement au cours de leur cycle de vie : elles naissent larves (les leptocéphales étudiés par Delage), s’allongent et s’aplatissent pendant un à deux ans pour devenir des civelles, sortes de serpents translucides d’environ 5 centimètres. Elles grandissent ensuite rapidement, en quelques mois, jusqu’à 20 centimètres et prennent une couleur jaune. Les anguilles jaunes vivent en général de 5 à 15 ans à ce stade de développement, grandissant jusqu’à 1 mètre environ, avant de prendre une couleur sombre sur le dos et argentée sur le ventre, d’où son nom d’anguille argentée.


À l’époque des découvertes de Delage, tous ces animaux étaient connus depuis longtemps. On pensait cependant qu’il s’agissait d’espèces différentes, et il fallut pas moins d’une dizaine d'années pour que la communauté scientifique accepte cette métamorphose de l’anguille !


Le cycle de vie de l’anguille : pas de tout repos !

Delage voyait peut-être sa découverte comme un accomplissement scientifique majeur. En réalité, elle aura surtout permis d’amener une question supplémentaire : si les 4 espèces animales connues n’en sont qu’une, comment se fait-il qu'on en trouve certaines en rivière, près de nos habitats, et les autres en pleine mer ?



L’anguille, poisson migrateur : rien ne sert de courir, il faut partir à point


Le leptocéphale est toujours observé en mer, les civelles et l’anguille jaune en eaux continentales et l’anguille argentée en mer à nouveau. L’anguille est ce qu’on appelle un migrateur amphihalin, c’est-à-dire qui migre vers des milieux présentant différents taux de salinité.

Au début du XXème siècle, les travaux du scientifique danois Johannes Schmidt prouvent que les leptocéphales naissent dans la mer des Sargasses, dans l’Atlantique nord. Schmidt étudie et classifie les leptocéphales pendant 20 ans, selon leur taille et leur provenance. Il observe que la taille la plus petite correspond toujours à une zone de la mer des Sargasses, et conclut que les larves doivent y naître, donc que les anguilles s’y reproduisent ! Cette découverte implique également que les anguilles doivent entreprendre une migration de presque 6000 kilomètres pour se reproduire.


La mer des Sargasses est la seule au monde à ne pas posséder de frontière terrestre. Elle est entourée par un tourbillon de courants océaniques, formant une mer dans la mer. Ses courants frontaliers agissent en quelque sorte comme un bouchon pour l'océan Atlantique, ce qui joue peut-être un rôle dans la reproduction des anguilles. Cependant, et à cause des mêmes courants, on y trouve le vortex de déchets de l'Atlantique Nord, s’étendant sur des centaines de kilomètres. C’est non seulement la survie de cette famille de migrateurs qui est en jeu, mais aussi la préservation de toute la biodiversité de cette région du globe.


La mer des sargasses : reproduction en catimini des anguilles



L’anguille nous réserve encore bien des secrets !


Une centaine d’années après les découvertes de Schmidt, ses conclusions sont largement acceptées. Pourtant, personne n’a jamais vu d'anguilles s'accoupler dans la mer des Sargasses. En réalité, des balises peuvent tracer leur voyage, mais personne n'a jamais vu d'anguilles dans les Sargasses.

Les anguilles ont donc plusieurs cordes à leurs arcs pour nous surprendre ! Cela dit, il s’agit tout de même d’insister sur le fait que les anguilles sont en danger critique d’extinction. Bien que certaines mesures de protection aient été prises (à l’échelle française et européenne) elles sont loin d’être suffisantes quand l’anguille évolue à une échelle internationale plus importante que celle de l’Europe.


Civelle … Que nous caches-tu ?