Chouette Effraie & Biomimétisme : inventer un monde de silence ?

La chouette effraie est un redoutable prédateur. Son secret ? Une furtivité à toute épreuve. Une source d'inspiration utile pour de nombreux industriels et chercheurs qui, grâce au biomimétisme, tentent de rendre notre quotidien plus silencieux !




Chouette effraie : une discrétion à toute épreuve

La chouette effraie, aussi appelée effraie des clochers ou dame blanche, peuple la quasi-totalité des continents. Cet oiseau, dont l'envergure dépasse facilement le mètre, vit dans les campagnes et les bocages et passe ses journées assoupi dans des granges et greniers. Mais une fois la nuit tombée, il se transforme en formidable prédateur. Grâce à son ouïe extrêmement sensible, la chouette effraie peut repérer le bruissement d’une musaraigne dans la nuit noire et établir une carte auditive pour localiser finement la provenance du son. Elle s'élance alors à plus de 30km/h, sans aucun bruit. Au terme d'un fulgurant piqué, elle surprend sa proie et la capture. Pourquoi un tel succès ? Sa proie ne l'a même pas repérée, car la chouette effraie est l'oiseau le plus silencieux au monde.



Chouette effraie et furtivité : une histoire de plumes ! 

Lorsqu'un oiseau vole, ses ailes créent un flux d'air turbulent, qui s'agite et tourbillonne sur son passage. C'est de ce frottement agité que provient le bruit. 


Le silence de la chouette s’explique par la structure unique de ses plumes.Le bord d'attaque de la plume est équipé d'un peigne rigide, qui canalise le flux d'air entrant. Ensuite, celui-ci est dirigé vers un revêtement particulier, un duvet intriqué, qui absorbe les turbulences. Enfin, le bord de fuite se présente sous forme de frange flexible et poseuse pour adoucir également les turbulences.


©Kay Schultz

Cette structure ingénieuse, méticuleusement observée au 

microscope, réduit drastiquement le bruit en le dispersant et en l'absorbant.C'est donc grâce à son anatomie que la chouette est capable de voler dans la plus grande discrétion, sans alerter ses proies. Un vol gracieux et furtif, comme le montre cette vidéo.



La chouette effraie inspirera-t-elle des technologies silencieuses ?

À l'heure de la transition écologique, les éoliennes sont massivement déployées à travers le monde. Malheureusement, elles sont souvent "freinées" pour minimiser le bruit qu'elles génèrent et éviter les plaintes des riverains.


La chouette et ses technologies embarquées pourront peut-être offrir une solution grâce au biomimétisme ?


Des chercheurs de l’Université de Cambridge et de l'Université Virginia Tech ont ainsi cherché à développer des prototypes de pales d’éoliennes munies d’un revêtement inspiré des plumes des chouettes. 


Imprimé en 3D ce revêtement reproduit la structure en velours des plumes. Placé sur la pale, il canalise les flux d'air et atténue les turbulences. 


Le résultat est spectaculaire : les chercheurs ont démontré une réduction du bruit de l'ordre de 10dB (moitié moins), pour des performances aérodynamiques inchangées.


Ces technologies ouvrent la voie vers des éoliennes plus silencieuses et plus rapides, offrant ainsi de plus grandes productions d'énergie.


Les chercheurs indiquent que leur concept pourrait parfaitement être transposé à d'autres surfaces portantes et pales, appliquées ainsi à des ailes d'avions, des hélices d'hélicoptères, des pales de ventilateurs dans les maisons ou dans nos ordinateurs ! Preuve, une nouvelles fois, des étonnantesopportunités R&D offertes par la biomimétisme !