Un lézard australien préhistorique pourrait inspirer le futur de la gestion de l’eau !

Un lézard australien suscite l’attention de la communauté scientifique pour sa capacité de gestion de l’eau. Ce lézard australien vit dans le désert le plus aride du continent, une vaste étendue de sable rouge. Comment fait-il pour impressionner les chercheurs sans jamais avoir vu une seule goutte d’eau ?



Un lézard australien à l’apparence terrifiante mais trompeuse


Ce lézard australien appelé “Thorny devil”, le “diable piquant” en français, est loin d'être un prédateur redoutable. Il est immobile la plupart de la journée, ses piquants lui servent de défense et de camouflage contre ses prédateurs : les rapaces. Notre petit diable possède également un trompe-l'oeil pour se protéger des attaques aériennes ! A l'arrière de sa tête, dans sa nuque, son évolution l’a doté d’une excroissance redoutablement efficace : lorsqu’il se sent menacé, il plonge sa tête dans le sable. Les prédateurs du lézard australien visent le trompe-l'oeil en pensant attraper sa tète, ce qui lui permet d'échapper à l’échauffourée avec de simples égratignures.



Le plus diabolique des lézards australien terrorise les insectes


Le lézard australien, Thorny devil, n’est donc pas aussi terrifiant qu’il n’y paraît. Pourtant, ce petit vorace, au comportement plutôt docile, est une véritable terreur pour les fourmis ! Il est capable d’en manger 3000 par jour ! Il mange donc plus d’une fourmi toutes les 10 secondes ou, en d’autres termes, il est capable de manger son propre poids en fourmis chaque jour. Pour ce faire, notre lézard australien s’est forgé une armure du plus haut niveau : ses larges écailles piquantes ne servent pas seulement de défense contre les prédateurs lui permettent aussi de s'aventurer au beau milieu des fourmilières sans craindre une seule morsure.


Un lézard australien capable de conjurer la pluie au milieu du désert !


Notre lézard australien est loin de sortir d’un casting pour la reine des neiges ! Son habitat naturel, le désert de Simpson, est l’un des endroits les plus chauds et arides du globe. La température moyenne en été y avoisine les 40 degrés et il n’y tombe pas une goutte d’eau pendant les mois les plus chauds. Et ce, alors que l’eau est considérée comme la ressource vitale par excellence ! C’est dans ce contexte qu’intervient l’arme la plus secrète du lézard australien : il est capable de conjurer la pluie grâce à la topographie très particulière de sa peau. En effet, lorsque la température chute brutalement la nuit (parfois de plus de 30 degrés), le peu d’humidité présente dans l’air se condense sur ses piques et sa peau. Une fois l’eau condensée, de microscopiques rainures situées entre ses écailles acheminent par capillarité les gouttelettes jusqu'à sa bouche. Notre lézard australien n’a plus qu'à ouvrir la bouche pour boire ce breuvage rafraîchissant, plus pur que de l’eau de source !


Des scientifiques se sont penchés sur les caractéristiques tribologiques de sa peau pour extraire de l’eau dans les zones sans eau courante. Pour un diable piquant, ce lézard australien réalise une belle reconversion humanitaire !