Le dromadaire, notre allié du désert

Le dromadaire est l’un des animaux les mieux adaptés au désert. Des pieds à la tête en passant par sa bosse, cela en fait un allié de choix pour accompagner l’homme dans le désert. Découvrez les incroyables astuces du dromadaire pour survivre dans le désert !


Dromadaire, qui es-tu ?


Dromadaire ou chameau ?

Le nom scientifique du dromadaire est camelus dromedarius. Et oui, le dromadaire est en fait… un chameau ! Plus précisément, le dromadaire, aussi appelé chameau d’Arabie, et le chameau (de Bactriane) font partie du même genre, mais présentent des différences qui en font deux espèces distinctes. La plus célèbre de ces différences est bien sûr leur nombre de bosses : si le chameau en a deux, le dromadaire se contente d’une seule bosse. Le dromadaire vit en effet dans les déserts chauds, dans le Sahara ou l'Arabie, tandis que le chameau subit les hivers froids des déserts asiatiques, en Mongolie ou en Chine par exemple.

Il semblerait donc que de deux bosses, représentant deux réserves d’énergie, le dromadaire ait évolué vers une forme plus simple avec une seule bosse, suffisante et donc plus efficace. Marque de cette évolution, pendant sa gestation le dromadaire possède deux bosses qui fusionneront avant sa naissance ! Tout comme entre le cheval et l’âne, une hybridation est possible entre le dromadaire et le chameau : l’hybride est nommé Turkoman. Du fait de leurs aires géographiques distinctes, l’hybridation n’est possible que dans les élevages.

La famille du dromadaire, les camélidés, comporte aussi les lamas et les guanacos, les alpagas et les vigognes. Ces cousins d’Amérique sont eux aussi adaptés à des conditions arides, celles de la Cordillère des Andes plutôt que des déserts.


Dromadaire dans le Sahara
Chameau dans les steppes

Célèbre “vaisseau du désert “ aux côtés de l’homme depuis des millénaires

Le dromadaire est extrêmement bien adapté au désert. Pour ne parler que d’elle, sa célèbre bosse est un symbole de son adaptation. On pense souvent qu’il s’agit d’une simple réserve d’eau. La réalité est plus complexe et beaucoup plus intéressante que ça ! La bosse du dromadaire est en fait composée de graisse, et lui sert donc à la fois de réserve d’eau mais aussi d’énergie. L’eau n’est pas stockée sous forme liquide directement, mais peut être récupérée par l’organisme en cas de besoin grâce à des réactions physiologiques spécifiques inexistantes chez les autres animaux. Le dromadaire peut ainsi ne pas boire pendant deux semaines ! En revanche, lorsqu’il trouve un point d’eau il est au contraire capable de boire d’une traite une quantité d’eau qui tuerait n’importe quel autre mammifère…

Par ailleurs, regrouper ainsi toute la graisse en une seule bosse plutôt que de la répartir plus uniformément présente aussi des avantages en termes de thermorégulation : l’absence de gras sous sa peau lui permet de se refroidir plus efficacement la nuit. Les températures internes viables du dromadaire sont d’ailleurs impressionnantes : là où nous, êtres humains, devons toujours maintenir notre température autour de 37°C, il est normal pour un dromadaire de voir sa température interne varier de 34°C à 42°C selon la température extérieure. Cette amplitude de 8°C lui permet d’économiser beaucoup d’énergie, un atout de taille pour la survie dans le désert.

L’homme ne s’y est pas trompé et a très vite cherché à domestiquer le dromadaire, il y a de ça au moins 3 000 ans. L’ancêtre sauvage du dromadaire a d’ailleurs disparu à la suite de cette domestication, contrairement par exemple au guanaco sauvage qui continue d’exister aux côtés du lama domestiqué.

Le dromadaire rend de nombreux services à l’homme. Son utilisation la plus célèbre est sans doute sa participation aux caravanes qui sillonnaient le Sahara depuis l’antiquité. Capables de porter 140 kg et de parcourir 50 km par jour dans le désert, les dromadaires ont fait de ces caravanes la seule façon efficace de transporter des marchandises d’un bout à l’autre de l’Afrique pendant longtemps. L’apparition du commerce maritime, puis l’introduction des véhicules à moteur ont bien sûr diminué l’importance, la taille et la fréquence de ces caravanes. Cependant, le dromadaire est toujours utilisé comme animal de bât et reste un des moyens de transport les plus fiables dans le Sahara. Et ce n’est pas tout ! Très polyvalent, et seul animal à survivre dans le désert, le dromadaire offre de nombreuses possibilités. Sa viande et le lait des femelles offrent une source de nourriture bienvenue dans le désert. Son adaptation au désert a pu être utilisée aussi à des fins militaires, comme lors de la campagne d’Egypte de Bonaparte par exemple. Et toujours aujourd’hui, des utilisations inattendues voient le jour, comme des bibliothèques itinérantes à dos de dromadaire ou son utilisation pour le ramassage des ordures.

Enfin, les dromadaires sont aussi des animaux de course. Rien que leur nom provient du grec dromeus, qui signifie coureur. Certaines races ont été sélectionnées plus pour leur vitesse que leurs capacités de bât, et de grandes courses de dromadaires continuent d’être organisées de nos jours, par exemple aux Emirats arabes unis ou à Oman. Ces courses sont même inscrites au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco.


Caravane de dromadaires Crédits : Holger Reineccius

Dromadaire et biomimétisme

Compagnon de toujours de l’homme, le dromadaire est notre allié aussi de façon indirecte grâce aux innovations qu’il nous inspire.


Le dromadaire et son nez, un super thermorégulateur

Pour survivre dans les conditions de chaleur extrêmes du Sahara, le dromadaire présente des systèmes de régulation thermique et de préservation de l’eau sophistiqués. En plus de sa bosse, son système respiratoire joue aussi un rôle. Il profite des basses températures de la nuit pour stocker de l’eau dans le mucus de son nez. Lorsque vient le jour et ses températures très hautes, cette eau permet de refroidir l’air qu’il inspire par évaporation. Les transferts thermiques sont favorisés par la très grande surface de ses canaux nasaux. Ce fonctionnement a inspiré le développement d’un système de climatisation pour des bâtiments dans le désert qui permet de diminuer de 5°C la température intérieure et d’augmenter de 20% l’humidité intérieure en journée. Ce système peut être utilisé pour des serres dans le désert et permettre des cultures là où cela semble impossible. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres de ce que le biomimétisme peut faire pour l’agriculture !


Les pieds du dromadaire, ou comment ne pas s’enliser dans le sable

Avez-vous déjà essayé de conduire sur du sable ? Pas facile de ne pas s’y enliser… Et si le biomimétisme donnait un coup de pousse à l’automobile ?

Le dromadaire ne possède pas de sabots : ses pieds sont plus adaptés au sable meuble qu’aux surfaces trop dures. Leur forme concave, c’est-à-dire creuse à l’intérieur, concentre le sable vers l’intérieur du pied. Cela compactifie ce sol mou, ce qui facilite le déplacement et évite de s’y enfoncer. Reproduire cette concavité sur des pneus permet de concevoir des pneus plus efficaces sur le sable qui réduisent l’énergie nécessaire à l’avancée dans le désert.

Pied de dromadaire

Membrane nictitante du dromadaire et nettoyage de capteurs

Face aux tempêtes de sable, le dromadaire doit protéger ses yeux pour ne pas perdre la vue. Une de ces protections est sa paupière nictitante. Cette troisième paupière permet une protection efficace contre le sable, et assure un nettoyage des yeux économe en larmes, et donc en eau. Bioxegy s’en est inspiré pour concevoir un système de nettoyage de caméras utilisant 10 fois moins d’eau que les systèmes usuels ! Plus de détails sur ce projet mené avec un grand équipementier automobile français ici.


Conclusion

Grâce à son incroyable adaptation au désert, le dromadaire a su se rendre indispensable pour les hommes depuis des millénaires. Et grâce au biomimétisme, cette longue histoire d’amour est loin d’être terminée !



Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dromadaire

https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/zoologie-dromadaire-13384/

https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1344/les-caravanes-de-chameaux-dans-le-sahara-antique/

Camel’s nose strategy: New innovative architectural application for desert buildings

Camels and Fennec Foxes: A Case Study on Biologically Inspired Design of Sand Traction Systems