Adresse

15 Boulevard Diderot, 75012 Paris, France

© 2019 par Bioxegy Group SARL.

  • LinkedIn Bioxegy
  • Bioxegy Instagram
  • Facebook Bioxegy
  • Twitter Bioxegy

Temps de lecture : 3min

La méduse immortelle pourra-t-elle inspirer les traitements révolutionnaires de demain ?

©Yiming Chen

La méduse immortelle, ou Turritopsis Dohrnii, interroge biologistes et spécialistes médicaux, mais aussi penseurs contemporains et philosophes. Cette méduse pourrait-elle nous offrir.... l'immortalité ?

1

Méduse immortelle ou Brad Pitt : qui prendra les traits du prochain Benjamin Button ?

Une méduse immortelle…. cela paraît tout droit sorti d’un roman ou d’une pellicule de science fiction. Elle est pourtant bien réelle. 

 

Cette méduse immortelle, de son nom scientifique Turritopsis Dohrnii, a une espérance de vie quasi-illimitée. Et pour cause, elle ne peut pas mourir de vieillesse. 

 

Si la méduse immortelle adulte se retrouve menacée ou soumise à un stress environnemental trop important, elle est capable de revenir au stade "juvénile" de polype - qui équivaut, chez l’être humain, à son stade embryonnaire. Ce polype se développe et aboutit au clone de son ancienne vie d’adulte (voir l’article de science abc). 

La Turritopsis Dohrnii est capable de répéter ce processus adulte-polype-adulte indéfiniment, la rendant biologiquement immortelle. Elle inverse le vieillissement, comme si elle retournait en enfance… de la même manière que Benjamin Button, personnage bien connu que David Fitcher a mis à l’honneur dans son film au succès retentissant de 2008. 

2

La méduse immortelle : à l'origine de futurs traitements anti-vieillissement ?

La régénération de la méduse immortelle trouve son origine dans la transdifférenciation des cellules (modification de leur état), processus qui inspire aujourd'hui les recherches de nombreux biologistes et généticiens. Encore une fois, la nature est une formidable porte d'entrée vers certains sentiers inexplorés de la santé, auxquels le biomimétisme fournit l'indispensable clé de lecture. La méduse immortelle pourrait ainsi être à l’origine de nouveaux traitements recherches en laboratoire pour développer des cellules souches pour la réparation des tissus endommagés chez l'homme. 

 

Notre Turritopsis Dohrnii suscite donc, au delà de ces premiers résultats, une question d’ordre moral. En disposant grâce à cette méduse d’un modèle d’immortalité, les scientifiques se dirigent peut-être vers la découverte de traitements anti-vieillissement voire de la possibilité de renforcer les chromosomes contenant nos ADN. Biomimétisme et biotechnologies conférerait ainsi une durée de vie largement à l’homme… que l’on sait déjà terriblement gourmand en énergies, ressources naturelles et espaces. Quid alors des conséquences irréversibles de la présence de l’homme sur Terre si se multiplie cet homme à capacités augmentées et à la longévité décuplée ? 

©Olivia Fern